le canal
venir
renseignements
l'économie
le canal
les étangs
chronique
liens d'amitié
 
 

 

le canal dans la tranchée

 

 

Le Canal du Nivernais

L'idée d'un Canal de Jonction entre Loire et Seine remonte au règne d'Henri IV, mais l'affaire ne resta qu'à l'état de projet. Ce furent les problèmes d'approvisionnement de Paris en bois de chauffage qui le firent se concrétiser. En cette fin de 18ème siècle, le flottage des bois du Morvan, bien qu'ayant une ampleur considérable ne suffisait pas à satisfaire les besoins croissants de la capitale. L'hiver catastrophique 1782-1783 aggravant considérablement la situation, le gouvernement ne va reculer devant aucun effort financier pour y faire face. On décide d'établir une rigole de flottage, en partie souterraine permettant d'amener les bois du versant Loire vers le versant Seine. Dès 1784, les travaux de ce qui deviendra le Canal du Nivernais commencèrent.

Début mai 1786, un rapport de MM. Bossuet et Condorcet, Commissaires de l'Académie des Sciences, changera radicalement la destination de l'ouvrage. Ils conclurent en effet qu'il y avait intérêt à réaliser un canal de navigation. Ce sont alors des travaux d'une ampleur bien plus considérable qui vont être entrepris. En particulier, le petit souterrain destiné simplement à l'écoulement des bûches va faire place aux célèbres voûtes de La Collancelle.
Que de rêves, au sujet de la rentabilité future du Canal !
Mais de 1792 à 1807, le chantier est abandonné. En 1807 le Ministère des Finances voulait même revendre les terrains que l'État avait achetés pour la construction du Canal.
En 1809 le chantier reprend vie et sera de nouveau abandonné en 1812 pour une dizaine d'années !... En 1822, la nécessité de grands chantiers pour résorber le chômage le fera renaître. Le 14 Août, Louis XVIII affectera la somme énorme de 8 millions de francs au Canal du Nivernais! Toute la vie économique d'une région est en jeu. En 1841, les travaux de percement des tunnels sont achevés ; l'inauguration officielle aura lieu le 1er mars. L'ouverture au trafic aura lieu que le 15 du même mois. Cependant, l'alimentation du canal au point de partage des eaux reste déficiente et il faudra attendre encore deux ans, en 1843, pour que l'aqueduc de Montreuillon et la rigole d'Yonne soient achevés. A cette date seulement, le Canal pourra être considéré comme terminé.

Après la disparition lente de son utilisation marchande. Notre Canal allait-il mourir ?

Les années 70 vont lui ouvrir un nouveau destin. Frappés par la hardiesse des ouvrages d'art, la qualité des paysages traversés, l'originalité de la conception, les touristes voient en lui le point de départ pour un voyage au-delà de la civilisation. C'est la part du rêve que nous apporte aujourd'hui le Canal du Nivernais, qui est l'un des plus beaux de toute l'Europe.